Regarde là-haut, Antoine, mon pitchoun : tu vois la cloche à gauche, au campanile de l’église, eh bien, c’est la dernière cloche qu’on a baptisée à Rougon; ah, ça te fait rire qu’on baptise une cloche! Et pourtant c’est ce que l’on a fait : c’était le 30 juin 1914, ma mère me l’a raconté…

Oh, il faisait chaud en ce début d’été et jamais on n’avait vu tant de monde étranger au village comme ce jour là.

Il était venu, l’évêque, pour confirmer tous les petits de Rougon, Chauvets et La Palud; Monseigneur Castellan, il s’appelait, je crois;

Ensuite, on a renouvelé la cloche: alors c’est l’évêque qui l’a baptisée; les parrains c’était Monsieur Gariel et sa fille Germaine, tu sais la grand-mère à Maurice.

Il y avait aussi avec eux le curé Malmont qui a été tué à la guerre, le pauvre…

Ils ont fait les mêmes cérémonies qu’à un enfant; la cloche, on l’avait habillée avec une belle robe d’au moins 50 francs de l’époque ! Ça ferait beaucoup de sous aujourd’hui, enfin, beaucoup d’euros : je m’y perds moi avec tous ces changements.

Après toutes les cérémonies, les maçons l’ont placée où tu la vois aujourd’hui, et les parrains envoyaient des dragées et des sous à tout le monde : tu imagines comme les enfants étaient contents !

Ah, pour sûr, ça a été une belle fête, même que ma mère m’a dit que pendant les années après on se le racontait le baptême de la cloche le soir à la veillée, pour oublier les jours difficiles, quand les hommes étaient dans les tranchées...

 

                                                                    Texte de GARCETTE  Jean

Le baptême de la cloche

A propos du baptême de la dernière cloche installée à Rougon à l’église du village

1914

©Mariani Nadine

©Mariani Nadine

©Mariani Nadine

C’est la cloche de gauche qui fait l’objet du récit…

Je n’ai pas modifié exprès les noms réels (certains appréciés des vieux rougonnais qui les ont connus ou dont on leur a parlé) cités dans le texte de Valérie Audibert, auteur de la lettre dont j’ai gardé l’essentiel (y compris le style) en n’y ajoutant que quelques détails et le 1er paragraphe qui permet la mise en scène du ‘destinataire’...

Zone de Texte: vers le TEXTE  SUIVANT  : Isaac

BALADE  THÉÂTRALE 

TEXTE & IMAGES

Zone de Texte: Louez chez nous !