Zone de Texte: Bernard Barbery, L’éphémère Seigneur de Caille

6  DENIERS !

Dimanche 24 juillet 2011, parmi les gravats, pas de cassette ! mais une pièce de 6 deniers de 1711 sous le chemin du château !

Zone de Texte: Intransigeant huguenot, Scipion (de Brun de Castellane) n’avait jamais rien voulu recevoir de sa vieille ennemie l’Eglise apostolique et romaine. Il abandonnait donc aux desservants, le prieur Imbert et son neveu Isolle à Caille, et le prieur Taxil à Rougon, les redevances qu’il eût été en droit de percevoir sur les biens et les revenus du clergé.

©Mariani Nadine

©Mariani Nadine

En assez bon état de conservation après plus de 300 ans !

 

Sachant que

ces pièces sont à 90% retrouvées très usées et à peine identifiables !

©Mariani Nadine

©Mariani Nadine

‘Recyclage’ de vieux cuivres qui permit de trouver les fonds pour pouvoir payer à bon compte les troupes chargées de réprimer les révoltes des protestants dans le Languedoc - Roussillon et Centre - Auvergne.

 

Six deniers dits ‘dardenne’

 

frappés de 1709 à 1712, suite à l’édit du 16 octobre 1709.

 

Le nom vient du vieux château de Dardennes, commune du Revest près de Toulon (Var) ou les flans furent préparés avec le bronze de vieux canons de marine réformés de la flotte de Louis XIII provenant des arsenaux de La Rochelle, Rochefort et Toulon.

Faute de matière première, la production fut arrêtée le 30 avril 1712 à Dardennes.

LOUIS XIV ROI SOLEIL    

(14/05/1643  -  01/09/1715)

Ces pièces de six deniers furent frappées dans seulement trois ateliers de 1710 à 1712 :

           La Rochelle,                                          Montpellier                        et        Aix - en - Provence.

 

 

 

 

 

 

Lettre d’identification de l’atelier de frappe :

                         H                                                 N                                                        &

 

Quantité frappée :

         340 000 exemplaires                   8 218 832  exemplaires                    22 114 900 exemplaires    

 

                  Ces pièces étaient frappées sur un flan lisse assez large et recouverte d’une patine marron.

Faute de matière, la quantité de pièces prévues : 80 millions n’a pas été atteinte et, suite aux refontes ultérieures, la quantité subsistante reste minime.

Exemple d’un denier fauté : Louis roi de frace

Côté Face :

 

Légende :  LOVIS. XIIII. ROY. DE. FRANCE. ET. DE. NAV.     

                   (Louis XIV, roi de France et de Navarre)

 

Description : Trois groupes de deux L adossées, chacun sous une couronne, posés en triangle, & en cœur ( atelier d’ Aix - en - Provence ) , cantonnés de trois lis divergeant du centre.

DESCRIPTION  DE  NOTRE  DENIER  ‘ROUGONNAIS’

©Mariani Nadine

©Mariani Nadine

Côté Pile :

 

Légende : SIX  DENIERS   DE  FRANCE  1711

 

Description : Croix anillée fleurdelisée.

 

Maître d'Atelier : Cœur avant le millésime = Marc Pielat Du Pignet (1704-1736)

Maître graveur : Losange = Esprit Charles Marie Cabassol (1709-1736)

Graveur : Norbert Röettiers (1665-1727)

Graveur général : Norbert Röettiers (1703-1727)

Nom de l'atelier : Aix-en-Provence
Lettre d'atelier : &
Emplacement atelier : & en cœur du droit

 

Maître d'atelier : Marc Pielat Du Pignet
Identification : cœur devant le millésime

 

Quantité frappée : 22 114 900 exemplaires


Diamètre en mm : 25 mm
Métal : cuivre

Tranche : lisse
Poids théorique : 6,118 g.


Valeur : 6 deniers  tournoi

 

Pour en savoir plus sur la monnaie sous Louis XIV suivre le lien !

Denier

Du latin denarius, monnaie. Pièce d'argent romaine dont la première aurait été frappée à Rome en 211 avant J.-C. Le nom est resté durant tout le Moyen Age et subsiste encore aujourd'hui dans certaines expressions. Pépin le Bref et ensuite Charlemagne fixeront une nouvelle valeur au denier (12 deniers font 1 sou). Le droit de frappe, accordé ensuite de façon assez large aux seigneurs et ecclésiastiques, vit notamment apparaître le denier parisis, frappé à Paris ou le denier tournoi. Une réforme de Saint Louis fixera une nouvelle valeur au denier qui devint le nom générique désignant la monnaie.

Monnaie de compte et monnaie réelle

 

De nos jours nous comptons et évaluons avec la même unité monétaire ( l’Euro) que la monnaie utilisée, mais sous l’ancien régime cette façon de faire n’existait pas et le système employé était assez complexe.

Il existait une monnaie dite de compte qui exprimait des sommes d’argent indépendamment de la monnaie dite réelle (espèces sonnantes et trébuchantes), qui servait au paiement.

En France l’unité de compte monétaire s’appelle la Livre. Elle vaut 20 sols ou sous et chaque sol vaut 12 deniers.

C’est Charlemagne qui posa la règle :  1 livre = 20 sols = 240 deniers

La livre de compte étant une livre / poids d’argent fin.

Zone de Texte: LOCATION
OFFRE