Au XIe siècle, ce sont les Castellane qui vont construire une église paroissiale qu’ils dédient à Saint Christophe, la porte côté sud, aujourd’hui murée, est toujours visible dans le cimetière.

L’église est le principal édifice religieux de la paroisse, le cimetière y est donc accolé…

L’église deviendra Chapelle Saint Christophe quand les Castellane édifieront l’église ‘du castrum’ et le second château sur le piton rocheux au plus tard au début du XIIIe siècle.

Une chapelle est un édifice religieux secondaire, elle appartient à des fonds privés : une famille, un seigneur. Son large auvent du XVIIe rappelle que Rougon a été un lieu de passage, pendant des siècles, pour les pèlerins en route vers Saint Jacques de Compostelle et les voyageurs venant du Var et désirant rejoindre la voie romaine sur les hauteurs.

La Chapelle avait malheureusement beaucoup souffert, les peintures intérieures étaient très abîmées, son sol du XVIIème était en piteux état. La commune a donc engagé des travaux de rénovation importants.

En l’an 1817, la cloche est baptisée : parrains Joseph B.A. de Roux, inspecteur des Gardes Nationales et Beaucouse Jean B.A. Audibert, recteur de Rougon. La croix est surmontée du mot : INRI, avec Marie-Madeleine. Saint Christophe tient un missel de la main gauche et un bâton de la main droite, ses cheveux sont hirsutes .

La cloche

La Chapelle avant

sa rénovation

La Chapelle et son cimetière vus depuis les Aires.

Ancienne porte d’entrée.

Zone de Texte: Murs dégradés.

L’Autel.

Zone de Texte: Le carrelage du XVII ème.

RÉNOVATION

Le buste de Saint Christophe portant l’Enfant Jésus, en bois de tilleul doré, classé aux monuments historiques, a été restauré, remis en place et sécurisé.

 © Textes Mariani Nadine

DIAPORAMA